Algérie 3 - Rwanda 1 : A nous deux l’Egypte !

 

 

Comme il fallait s'y attendre, les Verts entament le match pied au plancher pour essayer de marquer très vite et évacuer la grosse pression qui pesait sur eux. Et comme c'est souvent le cas dans ce genre de matches, la précipitation était au rendez-vous. Au lieu de mener au score par au moins deux buts d'écart, à la 20', les Algériens se font surprendre à la surprise générale par un tir de Mutesa qui touche le pied d'un défenseur avant de prendre à contre-pied Gaouaoui. Et c'est là qu'on a commencé à regretter cette tête de Ghezzal sur un centre de Matmour qui est passée de peu à côté du cadre, ou ce jaillissement de Saïfi après un service de Ghezzal qui ne trouvera pas le cadre puis surtout cette belle reprise de Saïfi qui heurte l'extérieur du poteau gauche de Ndayishimiye. Les Rwandais, eux, n'ont pas attendu 36 occasions pour trouver le chemin des filets. Tout était à refaire pour les Algériens qui, poussés par un public en or, ont dû avoir recours à leur meilleure arme : les centres. Et ça a fait mouche ! Le centre lifté de Ziani trouvera la tête de Ghezzal qui réussit à égaliser. Dès lors, l'on assistera à un match à sens unique et une domination outrageuse qui aurait pu se terminer par un écart beaucoup plus consistant que le 2 à 1 arraché dans les arrêts de jeu, suite à une action bien travaillée qui a vu Ghezzal s'échapper sur le flanc droit et effectuer un petit centre sur Saïfi qui laisse passer le ballon et embarque deux défenseurs pour permettre à Belhadj de marquer en reprenant du... pied droit.

Trois buts refusés en 1re mi-temps M. Zaher ! Si la domination des Verts n'a pas été récompensée, c'est en grande partie à cause de l'arbitre guinéen M. Yakouba Keïta qui a refusé pas moins de trois buts aux Algériens dont deux très limpides. Finalement, le président de la Fédération égyptienne, M. Samir Zaher, a eu raison de demander au monde entier de surveiller l'arbitre du match Algérie-Rwanda. Revenons aux trois actions litigieuses : Saïfi récupère le ballon à la limite du hors-jeu suite à un centre de Belhadj et s'en va battre de près Ndayishimiye, le juge de touche lève son drapeau. Un autre centre de Belhadj est prolongé de la tête par Saïfi dans les pieds de Bougherra qui fusille Ndayishimiye à bout portant. Là aussi, M. Keïta décide de ne pas valider le but, alors que l'ailier algérien venait dans le dos des défenseurs. Le scandale arrive vers la 40' lorsque, après un cafouillage monstre, Yahia pousse le ballon qui franchit largement la ligne du but avant d'être dégagé par un défenseur, mais M. Keïta laisse jouer. En plus de ces trois buts, M. Keïta aura honte en revoyant les images de la télé lorsque Ndikumana asséna un coup de tête à Saïfi sans être inquiété par l'arbitre qui est allé demander au capitaine algérien de se relever.

Même menés, les Rwandais perdent du temps ! Si en première mi-temps, la précipitation et l'arbitre ont empêché les Algériens de faire le break, en deuxième mi-temps, certains joueurs se sont montrés parfois trop individualistes. Ghezzal, pour ne citer que lui, a tenté le tir au moment où Saïfi et Matmour se préparaient au centre. Plus les minutes s'égrenaient, plus les Algériens s'affolaient et plus les Rwandais perdaient du temps. A un moment donné, on avait l'impression que ce sont eux qui menaient au score et là, il y a lieu d'ouvrir une parenthèse pour s'interroger sur la véritable motivation des Rwandais. Mais comme en football il y a une justice divine, le but de la délivrance arrivera en fin de match après une multitude d'occasions ratées lorsque Matmour s'engouffre dans la défense adverse pour être littéralement descendu à l'intérieur de la surface de réparation. M. Keïta ne pouvait pas commettre une autre injustice à l'encontre des Verts et après moment d'hésitation, il désignera, malgré lui, le point de penalty. Calmement, Ziani marque et augmente les chances de l'Algérie d'aller ramener la qualification du Caire. M. S.


52', Saâdane pète les plombs Durant tout le match, les joueurs rwandais n'ont pas arrêté de perdre du temps, même lorsqu'ils étaient menés au score. Tout était permis pour grignoter quelques minutes, à tel point qu'on a pensé un moment qu'on était dans les années 70, lorsque les joueurs des équipes noires africaines passaient leur temps allongés sur le terrain. A la 52', Matmour, de loin le joueur le plus fair-play de l'équipe nationale, récupère proprement le ballon dans son camp au détriment d'Eale qui tombe et se tord de douleur. L'action continue et les joueurs rwandais dégagent le ballon en touche pour permettre à leur coéquipier de se faire «soigner». Une occasion pour l'adjoint de Tukac de s'approcher de la ligne de touche pour prendre Matmour de la main alors qu'il n'en a pas le droit. Cela a fini par avoir raison de la patience de Saâdane qui est allé demander au quatrième arbitre d'intervenir enfin pour mettre fin à la mascarade. Il a fallu l'intervention de ses adjoints pour calmer le sélectionneur national.


Saâdane : «Je n'ai jamais vu auparavant un aussi mauvais arbitrage» «Nous avons décroché notre quatrième victoire de suite. Ce qui va nous permettre de nous déplacer en Egypte avec un moral au beau fixe, et avec une option en plus. Je tiens à souligner que je n'ai jamais vu auparavant un aussi mauvais arbitrage. L'arbitre nous a beaucoup pénalisés et déstabilisés. Nous avons gagné, et je pense que c'est l'essentiel. La pelouse a été un peu lourde, et ceci nous a créé quelques problèmes. Je pense que le score pouvait être plus lourd si mes joueurs ne se sont pas précipités, ils étaient même un peu égoïstes. Pour finir, je remercie les supporters pour leurs encouragements. Ils sont restés derrière nous, et ça nous a fait plaisir.»


Les Rwandais ont refusé de revenir dans le match après le but de Ziani Raouraoua a formulé des réserves Et si l'Algérie gagnait par tapis vert ! Cela pourrait être possible si les réserves formulées par le président de la Fédération, Mohamed Raouraoua, venaient à être validées par la FIFA. En effet, après le troisième but de l'Algérie signé Ziani sur penalty (90'+5), les joueurs du Rwanda ont refusé pour poursuive la partie, protestant contre la décision de l'arbitre. Celui-ci a dû siffler, du coup, la fin du match. Si cela venait à se confirmer, les données risqueraient de changer complètement. Une victoire sur tapis vert signifierait que le but marqué par les Rwandais sera annulé, ce qui soignera mieux le goal-average des Verts dans ces éliminatoires.

Premier but des Rwandais En réussissant à tromper la vigilance de Lounès Gaouaoui d'un tir en dehors des 18m, à la 20', Mafisango Mutesa a marqué le premier but pour son équipe depuis le début des éliminatoires le mois de mars dernier. Les protégés de Tucak ont dû attendre jusqu'au cinquième match pour faire trembler les filets adverses. Derniers de leur groupe avec un seul point, les Rwandais, qui devront accueillir la Zambie lors de leur dernier match, sont déjà élimines, eux qui accusent quatre points de retard sur le 3e. Par conséquent, ils ne seront pas à Angola pour y disputer la CAN 2010.

Accueil spécial pour Yebda Pour son premier match officiel sous les couleurs de l'EN. Hassan Yebda, le joueur du Benfica prêté cet été au club anglais de Portsmouth, a eu droit à un accueil spécial de la part des supporters. En effet, dès son apparition sur le terrain, le public s'est levé comme un seul homme scandant «Allah Ouakbar, Hassan Yebda». Un geste qui a fait beaucoup de bien à l'ancien Manceau qui a beaucoup apprécié l'accueil qui lui a été réservé.

Rwanda ouvre le score, Tchaker se tait Les Rwandais ont été les premiers à mener au score. Leur but, il faut le souligner, a refroidi les supporters de l'EN qui n'ont repris leur souffle que quelques minutes après.

L'Algérie au grand complet contre l'Egypte Une autre bonne nouvelle : outre la victoire face au Rwanda, l'Algérie se déplacera au Caire avec tout son effectif. Aucun avertissement n'a été donné aux Algériens au cours de cet Algérie-Rwanda. Les joueurs, qui étaient sous la menace d'un deuxième carton jaune synonyme de suspension, ont fait très attention. Ce qui procure à Saâdane une grosse marge de manœuvre lors de la composition du onze qui sera appelé à affronter l'Egypte au Caire, le 14 novembre prochain. Pourvu qu'il n'y ait pas de blessures d'ici là.

Abdoun et Yebda ébahis par l'ambiance Le moins que l'on puisse dire est que les deux nouveaux débarqués chez les Verts, Djamel Abdoun et Hassan Yebda, ont été ébahis par l'ambiance qui régnait hier soir au stade Mustapha-Tchaker de Blida. A noter que Yebda a été incorporé en seconde période, tandis que Abdoun s'est contenté de suivre le match depuis les tribunes, car n'ayant pas été retenu parmi les 18 convoqués.

Belhadj ouvre son compteur buts S'il est vrai qu'il avait marqué deux jolis buts sur balles arrêtées face à l'Argentine en amical (3-3), ce qui avait fait dire à Alfio Basile que «c'était le meilleur gaucher qu'il avait eu à voir durant ces 20 dernières années», il reste que Nadir Belhadj a marqué hier son premier but en sélection lors d'un match officiel. L'ailier gauche de Portsmouth (Premier League, Angleterre) avait doublé la mise en première mi-temps de cet Algérie-Rwanda.

 

                            Source : http://lafouinekabyle.football.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site