Nouvelle technique d'imagerie: vers la régénération de moelle épinière ?

Nouvelle technique d'imagerie: vers la régénération de moelle épinière ?

Une équipe de l'IBDML, l'Institut de biologie du développement de Marseille Luminy (CNRS-Université de la Méditerranée Aix-Marseille II) vient de mettre en évidence l'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une...) entre la repousse des axones au sein de la moelle épinière et le développement des vaisseaux sanguins dans le cas de traumatisme médullaire chez la souris. Ce résultat a été obtenu par une combinaison (Une combinaison peut être :) prometteuse de techniques d'imagerie et a permis de faire un pas de plus vers la régénération de la moelle épinière. L'article est paru en ligne dans la revue du Proceedings of the National Academy of Science.

L'axone est une partie du neurone où circule l'influx nerveux et au bout duquel se trouve la synapse, jonction avec un autre neurone. Lors d'une lésion, l'axone est l'élément qui doit être régénéré pour rétablir les liaisons entre les différents neurones et reformer le nerf (En anatomie, un nerf est un organe du système nerveux périphérique composé de fibres nerveuses (ou neurones, ayant des...). La capacité de repousse des axones au sein du système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, du cerveau, de la moelle épinière,...) central, dont fait partie la moelle épinière, était jusqu'alors controversée. Les axones peuvent se régénérer vers les muscles, alors que dans le sens inverse, des facteurs inhibiteurs bloquent la repousse vers les centres nerveux. L'observation (L'observation est l'action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l'aide...) faite par l'équipe de Geneviève Rougon à l'IBDML montre que les axones repoussent aussi en direction de la moelle épinière dans un court laps de temps (Le temps est un concept développé pour représenter la variation du monde : l'Univers n'est jamais figé, les...) après le traumatisme. De plus, cette repousse est favorisée par l'angiogénèse post-traumatique, c'est-à-dire par le processus de formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans les tissus endommagés.

En effet, après un traumatisme de la moelle épinière, on observe chez la souris une angiogénèse importante et très dynamique, avec un pic d'intensité une semaine après la lésion. Parallèlement, les axones repoussent préférentiellement et plus rapidement au voisinage (La notion de voisinage correspond à une approche axiomatique équivalente à celle de la topologie. La topologie traite...) des vaisseaux sanguins. Ces observations suggèrent qu'une amplification (On parle d'amplificateur de force pour tout une palette de systèmes qui amplifient les efforts : mécanique,...) de l'angiogénèse et son maintien dans le temps pourraient offrir de nouvelles perspectives thérapeutiques pour favoriser la récupération fonctionnelle après, par exemple, une lésion de la moelle épinière.


Images de fluorescence obtenues in vivo par microscopie (La microscopie est l'observation d'un échantillon (placé dans une préparation microscopique plane de faible épaisseur)...) biphotonique montrant l'organisation (Une organisation est) relative
des axones verts et des vaisseaux rouges au niveau des colonnes dorsales de la moelle épinière d'une souris après lésion.
Les axones ont pu être imagés aux 3ème et 7ème jours après la lésion sur la même souris.
Comme indiqué par les flèches pointant l'extrémité de l'axone en repousse, les axones lésés
en contact direct avec des vaisseaux sanguins (planches du milieu) s'allongent beaucoup plus vite
que les axones situés loin des vaisseaux (planches de gauche).
Dès le 14ème jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux...) après la lésion (planche de droite), des axones en repousse traversent
et dépassent le site de lésion repéré par un astérisque, contredisant le dogme selon lequel les axones
n'auraient pas la capacité de régénérer dans la moelle.


La description de cette interaction spatio-temporelle a été faite en combinant deux avancées en matière d'imagerie: l'utilisation de souris dont les populations cellulaires sont repérables par leurs propriétés fluorescentes et la microscopie bi-photonique. Ce nouveau protocole d'imagerie permet de visualiser in situ et en 3D les phénomènes cellulaires mis en jeu en conditions traumatiques ou pathologiques et d'en caractériser les cinétiques par des observations récurrentes sur la même souris. Ceci permet de décrire les interactions cellulaires de façon dynamique, dans l'espace et dans le temps, sur un animal (Un animal (du latin animus, souffle, ou principe vital) est un être vivant capable de mouvement et de perception. On...) vivant, chose impossible avec les techniques classiques d'histologie (1) qui nécessitent le sacrifice de plusieurs animaux à chaque temps d'intérêt. Cette technique non invasive réduit de façon drastique le nombre (Un nombre est un concept caractérisant une unité, une collection d'unités ou une fraction d'unité.) de souris utilisées et, grâce la reproductibilité (La reproductibilité d'une expérience scientifique est une des conditions qui permet d'inclure les observations...) de l'expérience sur le même animal, améliore considérablement le résultat.

                                                                                                                                                www.techno-science.net

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site